Les différentes origines du mal de dos

Plusieurs origines peuvent créer vos douleurs aiguës et/ou vos douleurs chroniques.

Comment les reconnaître? Tout d’abord, il faut savoir que dans 70% des cas, la douleur est d’origine musculaire ou ligamentaire, dans 10% d’origine facettaire ou discale. Les douleurs issues de la racine nerveuse représentent que 10%. Et le 10% restant est la combinaison de plusieurs origines.

Voici un moyen simple de mieux les cerner pendant la phase aiguë ou sub-aiguë de la douleur.

Les douleurs d’origine musculaire ou ligamentaire

1) Test de la douleur d’origine musculaire

J’étire lentement les muscles douloureux en amenant l’un des genoux contre la poitrine et en laissant l’autre jambe bien tendue au sol. Je change de côté. Je répète cinq à six fois le mouvement.

Je mobilise lentement les articulations les plus proches de la partie douloureuse.

Je prends un bon bain chaud d’une vingtaine de minutes. Je me fais donner un long massage ou je me repose tranquillement.

Si la douleur diminue ou disparaît, cela confirme l’origine musculaire. Par contre, si aucune amélioration est observée, il faut tester l’origine suivante.

2) Spécificité de la douleur d’origine musculaire

Cette douleur est souvent perçue à droite et à gauche de la colonne vertébrale, et est créee par des mouvements répétés ou une posture maintenue trop longtemps.

La douleur s’exprime par une sensation de brûlure ou d’une contracture localisée dans le dos.

Cette douleur peut-être soit sourde et continue, soit aiguë et lancinante.

La durée variable de la douleur peut être d’une heure à deux semaines.

Les douleurs issues des facettes

1) Test de la douleur d’origine facettaire

J’arque lentement le dos, je regarde vers l’arrière, vers le plafond. Je creuse le bas des « reins ».

La douleur augmente-t-elle?

Non : voir origine suivante.

Oui : je me penche lentement vers l’avant.

Si la douleur diminue cela implique que l’origine est facettaire. Par contre, si la douleur ne diminue pas, il faut tester les origines suivantes.

2) Spécificité de la douleur issue des facettes

Cette douleur est localisée dans le bas du dos, au dessus des fesses. Elle irradie le long de la partie arrière d’une ou des deux cuisses pour atteindre parfois les genoux. Elle ne gagne jamais la jambe ou le pied. Cette douleur est provoquée par une maladresse ou par un faux-mouvement, d’un petit accident.

C’est une douleur aiguë qui coupe le souffle et vous plie en deux. Elle persiste un jour ou deux et son intensité augmente parfois. Elle dure habituellement entre 3 et 10 jours selon la façon dont vous la gérez. Avec un peu de chance, vous subirez peu d’assauts : deux ou trois par an.

Les douleurs issues du disque

1) Test de la douleur d’origine discale

Je me penche lentement vers l’avant. J’arrondis le bas des « reins ».

Mes mains se dirigent vers la pointe de mes pieds. Nul besoin d’atteindre le sol.

Si la douleur augmente cela implique que l’origine est discale. Par contre, si la douleur n’augmente pas, il faut tester les origines suivantes.

2) Spécificité de la douleur issue des disques

La douleur se situe principalement dans le bas du dos. Elle peut irradier dans les fesses, le long de la partie arrière des jambes et aussi loin que les genoux. Mais elle n’irradie jamais dans la jambe ou le pied. Une douleur sourde vous fait pointer l’arrière de votre dos, juste au dessus des fesses, soit à droite, soit à gauche. Cette douleur est créee par une maladresse ou par un faux-mouvement. Un simple incident n’est pas suffisant. Il faut ici un petit accident (Charge lourde soulevée ou déposée sans prendre les précautions élémentaires, dérapage sur une surface glissante…)

La douleur se répand lentement pour passer de l’inconfort initial à une douleur sévère.

L’amélioration se ressent au bout d’une semaine ou deux. À la différence de la douleur issue des facettes, elle ne disparaît pas complètement. Elle vous accompagne constamment soit sournoisement, soit de façon lancinante. Vous vous en libérerez plus difficilement que de la douleur issue des facettes.

Les douleurs issues de l’instabilité intervertébrale

1) Test 1 de la douleur issue de l’instabilité intervertébrale

La douleur augmente-t-elle si j’arque lentement le dos et si je regarde vers l’arrière, vers le plafond ?

La douleur augmente-t-elle aussi si je me penche lentement vers l’avant ?

Certaines attaques de douleur aiguë se combinent-t-elles avec des périodes douloureuses beaucoup plus longues?Attention! Oui à ces trois questions : tester l’origine suivante.

2) Test 2 de la douleur issue de l’instabilité intervertébrale

Je tente de lever une jambe, genou tendu.

Difficile ? Je la fais lever très lentement par l’un de mes proches. Même mouvement avec l’autre jambe.

Si vous parvenez à faire les 2/3 d’un angle droit (60 degrés) sans provoquer cette douleur dans la jambe, cela signifie que vos douleurs sont issues de votre instabilité vertébrale. Si vous n’arrivez pas à faire ce test, testez l’origine suivante.

3) Spécificité de la douleur issue de l’instabilité intervertébrale

La douleur ne gagne jamais la jambe ou le pied. Cette douleur sourde vous fait pointer l’arrière de votre dos, juste au dessus des fesses. Elle est créee par une maladresse ou par un faux-mouvement. La douleur se répand lentement pour passer de l’inconfort initial à une douleur sévère. Elle vous accompagne constamment soit sournoisement, soit de façon lancinante durant une semaine ou deux. Vous vous en libérerez plus difficilement.

Les douleurs issues des racines nerveuses

1) Test de la douleur issue des racines nerveuses

Je tente de lever une jambe en conservant le genou bien tendu. Difficile ? Je la fais lever très lentement par l’un de mes proches.

Même mouvement avec l’autre jambe. Impossible de faire les 2/3 d’un angle droit (60 degrés) sans douleur dans la jambe.

Durant ce test, une douleur dans le dos peut apparaître. Cette douleur est non significative. Elle peut être différente de la douleur initiale dans votre dos ou dans votre jambe. Dans ce test, seule la douleur dans la jambe importe. Si elle irradie dans le genou ou dans le pied alors vos racines nerveuses sont l’origine de vos douleurs.

2) Spécificité de la douleur issue des racines nerveuses

Cette douleur est composée d’une douleur dans la jambe souvent pire que la douleur dans le dos. Elle irradie parfois dans les fesses, le long de la partie arrière des cuisses et des genoux. Mais la douleur ne se limite pas là. Elle atteint jambe, pied et même orteils. Le problème se situe tout autant dans la jambe que dans le dos. Il suffit d’une maladresse ou d’un faux-mouvement dû à une charge lourde soulevée ou déposée sans prendre les précautions élémentaires, d’un dérapage sur une surface glissante. La douleur s’installe progressivement durant un jour ou deux puis se poursuit de façon lancinante et constante des semaines durant. Il est difficile de s’en débarrasser.